Faire du limoncello maison

DSC_85933 copie_

Le Limoncello Beletto ! C'est comme ça qu'on l'a appelé.

D'après nos recherche, je ne devrais même pas dire du limoncello, mais plus du limoncino ou limonello. Le vrai limoncello est fait à partir de citron provenant de la péninsule de Sorrente, baie de Naples et de la côte Amalfitaine. Mais bon, pour ce faire mieux comprendre, pourquoi ne pas dire Limoncello, de tout façon on ne vendra pas notre alcool, à ma connaissance.

Alors voilà, grand amateur de citron que nous sommes, en plus d'être amateur de drink estival, nous avons penser ce faire notre liqueur de citron.

Après quelques site à regarder les recettes, nous avons opter pour celle de Josée Di Stasio.

Un gros 10 jours de macération est nécessaire, mais ce n'est pas tant que cela. Donc pour les impatient (comme moi) cette recette est idéal.

Nous avons testé deux type de zeste, râpé et coupé avec un économe. Le goût est légèrement différent.  La bouteille de gauche est faite à partir du zeste et celle de droite avec les tranches de zeste.

La bouteille fait avec le zeste râpé : Il a un goût très prononcé de citron, on goûte pas beaucoup l'alcool dedans.

La bouteille fait avec des zeste coupé avec un économe : On goûte plus l'alcool, le citron est très présent aussi, on croît que pour celui-ci il aurait fallu le laisser encore plus longtemps macéré. Par contre, il donne une couleur plus claire.


Les sorties astrophotos, bientôt de retour.

etoiles

 

Vous avez hâte? Surement pas plus que moi. Nos sorties commence photo reprendront dès que nos nuits seront un peu plus chaude.

 


Photo de chien

 

DSC_13622_03casque14

 

 

Des photos de chiens, pourquoi pas !

Vous avez un chien,  un chat...ou un autre animal que vous chérissez, et voudriez avoir des bonnes photos de celui-ci. Appelez moi que l'on prenne rendez-vous ! 418-264-5913

Les photos peuvent être prise à domicile si vous le désirez.


Les aurores boréals, que je n'ai pas pu prendre en photo...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis plus d'un an, mon conjoint, moi et mon meilleur ami tentons de rester (Du mieux que l'on peut)  à l'affut des conditions pour voir des aurores boréales. (Surtout pour les prendre en photos) Une applications sur nos téléphones nous avertis lorsque les risques sont plus propices. À plusieurs reprises nous avons tenté des sorties, mais la chance n'était pas avec nous à ces moment là.

À l'automne 2014 nous avons été plus chanceux, mais malheur pour moi, les fois que cela s'est produit, nous étions en auto et ne pouvions nous arrêter.
La première fois est arrivée lorsque nous nous rendions à Saint-Tite pour le festival Western, il étais à peine 20h. J'avais le visage collé à ma fenêtre d'auto à scruter le ciel et voilà que je l'ai vu, cette douce lumière verdoyante qui chatouille les étoiles.
La deuxième fois, nous étions aller au Lac à l'épaule, un peu plus haut que Stoneham, entre 10h et minuit nous avons pris bon nombres de photos du ciel. Tout près de l'horizon, au nord (bien entendu!), il y avait simplement des lueurs d'aurores, comme vous pouvez le voir sur mes photos. À l'oeil nu, on aurait cru que c'étais de la pollution lumineuse provenant de la ville, mais en réalité la ville se trouvait à l'opposer. Grâce à une longue exposition de 20 à 30 secondes et une ouverture au maximum de ce que pouvais m'offrir la lentille (Tokina 11-16mm ouverture 2,8)  Arrivé minuit, nous avons commencé à embarqué notre ''stock'' dans l'auto, minuit quinze, on étais partie. Triste nouvelle...dans les environs de minuit trente, le cercle auroral s'est agrandi pour passer par dessus les montagnes, les aurores étais parfaitement visible. C'est encore une fois le nez collé à la vitre d'auto que j'ai dû regarder cette merveille.

Peut-être aurons nous plus de chance au cours de l'année 2015, il reste que je n'irai pas à l'extérieur à -50 Celsius pour des photos, je vais attendre un peu avant de sortir mon équipement :P !

DSC_5822

DSC_5854 copie_web

 

 


Photos de l'Ouest Américain

 

[Best_Wordpress_Gallery gallery_type="thumbnails" theme_id="1" gallery_id="5" sort_by="order" image_column_number="3" images_per_page="12" image_title="undefined" image_enable_page="1" thumb_width="200" thumb_height="200" popup_width="1000" popup_height="1000" popup_effect="none" popup_interval="5" popup_enable_filmstrip="1" popup_filmstrip_height="70" popup_enable_ctrl_btn="1" popup_enable_fullscreen="1" popup_enable_comment="1" popup_enable_facebook="1" popup_enable_twitter="1" popup_enable_google="1" watermark_type="none" watermark_link="0"]

[Best_Wordpress_Gallery gallery_type="thumbnails" theme_id="1" gallery_id="6" sort_by="order" image_column_number="3" images_per_page="12" image_title="undefined" image_enable_page="1" thumb_width="200" thumb_height="200" popup_width="1000" popup_height="1000" popup_effect="none" popup_interval="5" popup_enable_filmstrip="1" popup_filmstrip_height="70" popup_enable_ctrl_btn="1" popup_enable_fullscreen="1" popup_enable_comment="1" popup_enable_facebook="1" popup_enable_twitter="1" popup_enable_google="1" watermark_type="none" watermark_link="0"]

[Best_Wordpress_Gallery gallery_type="thumbnails" theme_id="1" gallery_id="7" sort_by="order" image_column_number="3" images_per_page="12" image_title="undefined" image_enable_page="1" thumb_width="200" thumb_height="200" popup_width="1000" popup_height="1000" popup_effect="none" popup_interval="5" popup_enable_filmstrip="1" popup_filmstrip_height="70" popup_enable_ctrl_btn="1" popup_enable_fullscreen="1" popup_enable_comment="1" popup_enable_facebook="1" popup_enable_twitter="1" popup_enable_google="1" watermark_type="none" watermark_link="0"]

[Best_Wordpress_Gallery gallery_type="thumbnails" theme_id="1" gallery_id="8" sort_by="order" image_column_number="3" images_per_page="12" image_title="undefined" image_enable_page="1" thumb_width="200" thumb_height="200" popup_width="1000" popup_height="1000" popup_effect="none" popup_interval="5" popup_enable_filmstrip="1" popup_filmstrip_height="70" popup_enable_ctrl_btn="1" popup_enable_fullscreen="1" popup_enable_comment="1" popup_enable_facebook="1" popup_enable_twitter="1" popup_enable_google="1" watermark_type="none" watermark_link="0"]

[Best_Wordpress_Gallery gallery_type="thumbnails" theme_id="1" gallery_id="9" sort_by="order" image_column_number="3" images_per_page="12" image_title="undefined" image_enable_page="1" thumb_width="200" thumb_height="200" popup_width="1000" popup_height="1000" popup_effect="none" popup_interval="5" popup_enable_filmstrip="1" popup_filmstrip_height="70" popup_enable_ctrl_btn="1" popup_enable_fullscreen="1" popup_enable_comment="1" popup_enable_facebook="1" popup_enable_twitter="1" popup_enable_google="1" watermark_type="none" watermark_link="0"]


Tadoussac

Tadoussac

Un incontournable au Québec. Une destination à tous les goûts. On peut facilement y retourner tous les ans et s’émerveiller devant les beautés de la nature.

Au cours de tout l’été, les baleines viennent se nourrir près de l’embouchure du fjord. Les eaux froide du Saint-Laurent mélangé avec l’arrivé de l’eau douce en provenance des rivières, la topographie des fonds marin ainsi que les courants font que la nourriture prolifère dans la Baie de Tadoussac.   Ce qui pour nous constitue un large avantage pour l’observation de celle-ci

Cela fait 3 fois que je me rends à Tadoussac au cours de l’été, toutes les fois en août.  (2010-2013-2014) Toutes les fois je n’ai pas été déçue.

Voici brièvement le court récit de mes aventures de Tadoussac.

2010

Pour notre premières fois au paradis de la baleine, on a mis le paquet! Excursion en zodiac et excursion de kayak à partir de Bergeronne (Non loin de Tadoussac, et moins dispendieux). Lors de la sortie de Zodiac en journée nous avons pu observer les queues de différentes baleines, baleine à bosse, petit rorqual etc… on a aussi aperçu des phoques, des bélugas et des marsouins. En fin d’après-midi, lors de notre sortie en kayak de mer, l’eau du fleuve était comme de l’huile. C’est avec légèreté que nous ramions sur les eaux du Saint-Laurent à la recherche de baleine.  Des Marsouins ainsi que des phoques sont passé en dessous de nous et nous suivaient. La visibilité dans l’eau était excellente, c’était incroyable de les voir de si près. Pour terminer, un rorqual a plongé au loin. Ces trois jours passé à Tadoussac ont été merveilleux.

2010

mon conjoint et moi même un matin

SONY DSC

 

Kayak de mer OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

2013

Voyage un peu différent. Nous avons choisi une seule excursion, soit le Zodiac, on a été servi ! Nous avons vu un petit rorqual sauté au moins 6 mois. Même si il étais loin, ce n'en étais pas moins impressionnant. Au cours de cette même sortie, une baleine à bosse a doucement remonté à la surface tout près de nous. En fait elle étais en dessous du bateau au début, par chance le capitaine a démarrer le bateau pour s'éloigner un peu. (Ils ont des distances à respecter, ce cas ci fut exceptionnel étant donné que nous étions arrêter et qu'elle a remonté tout près).  Après le coucher du soleil, direction les dunes de sables ou nous avons planté nos trépied armé de nos reflex numérique. Ce fut dans les plus belles sorties d'astrophotographie que nous avons fait, de plus c'étais notre première, tout pour nous rendre accros!

Vue des dunes de sables

DSC_50266 DSC_50511 DSC_50611 petit rorqual qui saute, de loin, mais on l'a vu pareille. Il a du sauter au moins 10 fois de suite. Sauter comme cela pour une baleine lui demande au moins 1000 calories, d'après les dires notre capitaine.OLYMPUS DIGITAL CAMERABaleine à bosse qui a tenter une sortie...sous notre zodiak
OLYMPUS DIGITAL CAMERA Par chance notre capitaine a bouger le bateau, c'étais procheOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

2014

Notre plus récent voyage à Tadoussac. Accompagné de notre chien, les excursions ne sont pas possible. Pour ce voyage nous avons donc été relax; souper sur le bord de l'eau en bas des dunes de sables (Nous étions seuls, l'eau étais si calme, un vrai paradis) ,le chien courrait partout. Camping et feu en soirée avec des guimauves, balades sur le bord du fleuve, observation (de loin) à la recherche de baleine (on a quand même vu un petit rorqual). Le secteur offre de très beau sentier pour les balades.

Tout près du Fjord, il y a plusieurs sentier que l'on peut aller, parfois, on vois des bélugas, et même des petit rorquals.
DSC_5365 Au matin, le fleuve est recouvert d'une belle brume fraîche. (Dunes de sables)DSC_5427


Tailgate Desjardins Rouge et Or 19 Octobre

[Best_Wordpress_Gallery gallery_type="thumbnails" theme_id="1" gallery_id="12" sort_by="order" image_column_number="5" images_per_page="30" image_title="undefined" image_enable_page="1" thumb_width="190" thumb_height="100" popup_width="800" popup_height="500" popup_effect="none" popup_interval="5" popup_enable_filmstrip="1" popup_filmstrip_height="70" popup_enable_ctrl_btn="1" popup_enable_fullscreen="1" popup_enable_comment="1" popup_enable_facebook="1" popup_enable_twitter="1" popup_enable_google="1" watermark_type="none" watermark_link="0"]


San Francisco

Ce matin-là où nous avons quitté San Francisco, il faisait brumeux, frais et humide. C’est avec regret que je quittais cette magnifique ville. Le trajet pour se rendre à l’aéroport m’a paru étrange. Avant de prendre l’avion je voulais absorber le plus possible cet atmosphère, profiter encore des quelques heures avant mon vol. Le temps me paraissait passer trop vite. Non seulement mon retour annonçait la fin de mes vacances, mais avant tout c’était de quitter la Californie, j’aurais tant voulu rester encore quelques jours. Je me souviens parfaitement de certains détails qui peuvent paraitre anodins aux yeux de certains, mais qui pour moi me transporte dans le temps. Le matin que j’ai écrit ce texte, c’était un matin brumeux. La route jusqu’à mon travail me rappelait sans cesse des souvenir de San Francisco.  Espérant voir un pont rouge jaillir de la brume, je vis simplement le pont de Québec.

L’odeur de l’eau salée nous rappelle que nous près de la mer, le vent frais nous rappelle que le pacifique est froid, mais le soleil nous rappelle que nous sommes en Californie. C’est avec mon appareil photo au cou que j’ai gravi des côtes comme jamais je ne l’ai fait. Pour avoir la plus belle vue, il faut faire quelques sacrifices. Mes sens étaient tous en éveil, mes yeux voulaient tellement tout voir que je finissais par oublier la douleur qui tenaillait mes pieds. Les couleurs pastel des bâtiments, les odeurs émanant des kiosques de nourriture, le goût des plats de poissons frais, à chaque coin de rue un de mes sens était appel. Je voulais tout goûter mais mon estomac s’y refusait, je voulais marcher toutes les rues, mais mon corps subissait la fatigue à l’arrivé du soir. Il fait ni trop chaud ni trop froid, c’est une température idéale. Tous les soirs, à une plage près du fisherman’s warf j’ai regardé le coucher du soleil sur le Golden Gate (Cela permettais à mes pieds de ce remettre un peu, pendant quelques minutes) toutes les fois j’ai eu la sensation qu’il était différent de l’autre jour. Chaque journée m’apportait d’avantage de bonheur, avec mon conjoint et mon ami, nous avions prévu de faire un secteur différent de la ville par jour, Les transports en commun sont accessible facilement. Les tramways nous permettent de voyager d’un bout à l’autre du centre-ville.  Il ne faut pas oublier qu’à l’extérieur de la ville, il se trouve de merveilleuse richesse.

C’était environ à 45 minutes de la ville, Muir Woods, une forêt habité par de grand séquoia. L’expédition fut brève, environ une heure trente, mais elle m’a permis d’entrer plus profondément dans le silence de la nature. Le bruit des pas étaient étouffé par les brindilles au sol, le soleil était à peine visible. Entouré par des troncs d’arbres géants, on se sent petit. Lorsque l’on lève les yeux au ciel, et que l’on constate l’immensité de ces végétaux, on ne peut que leur devoir du respect et de l’admiration. En plus de leur hauteur, la largeur de ceux-ci est remarquable. De petite plantes essaient de faire leur place au sol, mais rare sont les rayons du soleil, malgré cela, les trèfles sont verdoyant les fougères éclatantes.

Alcatraz, prison autrefois, mais aujourd’hui lieu touristique. Je n’osais pas visiter l’ile, par peur qu’elle soit trop touristique et qu’elle manque d’attrait. Contrairement à mes attentes, cette visite fut très enrichissante. Lors de notre arrivé sur l’ile, on nous remet un casque d’écoute et un petit moniteur. Les moniteurs sont disponibles en plusieurs langues et disent tous la même histoire. Cette histoire en question, c’est la vie d’un prisonnier à l’époque où celle-ci était en activité. Il nous dirige à divers endroits dans le bâtiment principal. On apprend des tentatives d’évasion, des bagarres et leurs quotidiens. Notre visite se continue également du côté des gardiens, leur vie, leur famille, la dur réalité de l’isolement sur l’île. L’île est aussi un refuge pour certains oiseaux qui viennent y faire leur nid, et aussi lieu de culture de certaines plantes. La visite est pour tous les goûts et m’a bien impressionné.

Lors de notre dernière journée, la ville commençait à s’animer, j’aimais bien regarder le quotidien des habitants; des messieurs en habit allant porter leur chien à la garderie pour toutou, des dames se rendant au travail en jogging, des autos envahissant les routes. C’était ce matin-là que la brume écrasait la ville, on était debout sur le bord  de notre hôtel à attendre la navette. D’un côté j’espérais qu’elle n’arrive pas, mais de l’autre je savais que je devais entrer à la maison. J’envisage retourner en Californie un jours, je sais que mon prochain séjour sera totalement différent de celui-ci, il y a tant à faire. 

 

 

 

 


Ricardo

ricardo

Je pourrais vous nommer des dizaine de recettes ultra bonne tiré des revues de Ricardo, de son site internet. Bref, je trip Ricardo.

Quand je cherche quoi faire pour souper, c'est simple, je regarde quelques magazines et je fini toujours par trouver, ou bien je trouve trop de bonne recettes. Mon choix sera alors de faire un tri.  Je fais à tout coup craquer mes invités en leur offrant des menus qui semblent complexe, mais qui sont en réalité très simple. Je ne me gêne pas non plus pour faire des recettes pour une première fois lorsque je reçoit mes invitées. On s'étonne, on me dit que c'est un peu fou, mais que voulez-vous, c'est certain que ce sera bon voyons !

Ricardo est en fait un cuisinier qui présente ses recettes à radio-canada depuis plus de 13 ans. Il a maintenant 1600 d'épisodes à son actif. Ces émissions sont présenté dans sa cuisine, chez lui. Ses magazines ce font maintenant en anglais et seront publié partout au Canada. Environ tous les 2 ou 3 mois, une nouvelle revue sort avec un thème différent. Des article nous apprennent des concepts de cuisines, comment améliorer notre menu santé, les meilleurs restos par régions...etc. Dans chaque numéro, on retrouve une recette ; le meilleur. Cette recette a été tester et re-tester pour trouver la combinaison parfaite de cuisson, ingrédients, temps. Au cours de l'émission il arrive parfois qu'il explique pourquoi tel ou tel décision a rendu la recette meilleure. Ou bien pourquoi mettre deux sorte de sucre différent dans la recette des meilleur biscuit au brisure de chocolat.
Écouter les épisodes ou lire le magazine est tout aussi intéressant et on apprend. De plus ça donne le gout de cuisiner.

Je vous partage mon top 10, les incontournables, les rapides en soirs de semaine, les succulentes !!!

Top 10 des recettes

Biscuit au morceaux de chocolats.
Cupcake chocolat
Brownies au Nutella
Pain aux bananes
Porc sauté au gingembre
Macaronis gratinés aux fromages
Cotes levées
Poulet au beurre
Poulet et pommes de terre à la portuguaise
Boeuf Bourgignon

Les surprises surprenantes

Pitas grillés au poulet et à la mangue
Chaudrée de poulet et de mais en courge Buttercup

 

 

 


Notre Road trip de l'ouest américain

L’ouest américain

Des étendues de roches rouges à perte de vue, des déserts interminables, des canyons tellement profonds qu’ils nous étourdissent d’un coup d’œil, des paysages de rêves et de films qui nous donnent des frissons, des émotions indescriptibles, voici ce qu’est l’ouest Américain. On reste sans mot devant certaines scènes, tellement leur taille est gigantesque. La nature nous offre un spectacle d’une beauté exceptionnelle : souvent difficile de croire que tout ceci est réel.

Dans cet immense territoire, vous trouverez plusieurs parcs naturels, tous différents mais tellement liées  à la fois. Chacun d’eux a une histoire géologique différente qui vous fera traverser des milliards d’années. De quoi vous donner le vertige !

Certain parc possèdent des paysages que l’on reconnaît grâce aux films de John Ford et de Sergio Leone, tel que l’emblématique Monument Valley qui a été utilisée comme décor. Encore aujourd’hui, plusieurs Amérindiens Navajo vivent de leur tradition au sein même de ce parc. Pour certains, le tourisme représente la majeure partie des activités, tandis que d’autres continuent l’élevage des bovins. J’ai été très surprise de constater que leurs animaux ne sont pas dans des pâturages clôturés, mais sont libre de se déplacer où bon leur semble, sauf, bien sûr, sur les routes ! Je me demande encore ce que mangent ces bêtes, l’herbe ne poussant pas à profusion dans cette région désertique.  La nuit tombée, les gigantesques rochers du parc prennent l’aspect d’ombres inquiétantes qui se découpent sur le ciel densément étoilés.

Canyonland, une autre curiosité géologique, est un univers possédant une magie bien à lui, pouvant ressembler au Grand Canyon, mais tout de même plus étroit et moins profond, sans perdre de majesté et d’éclat. Ses falaises abruptes ainsi que ses roches d’un rouge si saturé nous éblouissent. La route menant aux différents points de vue serpente le long du sommet des canyons et nous offre des panoramas à couper le souffle. Certaines, non-pavées, cascadent le long des falaises jusqu’au fond des gouffres, de quoi effrayer les automobilistes, qui devraient d’ailleurs s’abstenir d’y conduire étant donné l’étroitesse des chemins! Assurément le paradis des vététistes ces petites allées de terre font penser à des pistes de rallye. Lorsque l’heure du coucher du soleil approche, il est étonnant de constater à quel point aucun son n’est perceptible. La tranquillité de la nature nous enveloppe de façon oppressante, nous laissant entendre le bourdonnement de nos propres oreilles. Les citadins croiront rêver tellement ces sensations externe leur sont étrangères.

Le Grand Canyon, de son coté, immensément large (30 km) et profond (1600 mètres) nous donne des difficultés à assimiler ses volumes et ses espaces. Il est si abyssal que la différence de température entre son fond et son sommet peut parfois atteindre 30 degrés. La faune y est donc très diversifiée, abritant principalement des mammifères en hauteur et des reptiles près du fleuve Colorado qui déploie ses méandres au fond du canyon. Pour le découvrir pleinement, il nous aura fallu descendre quelques centaines de mètres par un des sentiers très bien aménagés que les randonneurs peuvent parcourir en tout ou en partie selon leur endurance. Il faut prévoir une expédition aller-retour de deux jours pour atteindre le fleuve. À plusieurs endroits dans le parc, des affiches nous informent sur ces sentiers et leur difficulté. À noter que pour camper au Grand Canyon, un permis spécial est requis. Pour les moins aventureux et les touristes pressés, un vol en hélicoptère comblera vos attentes et vos yeux.

À Arches Park, mieux vaut  s’armer de bonnes chaussures, car certaines randonnées nécessitent une marche de quelques kilomètres pour atteindre l’arche tant convoitée. Delicate Arch, un des emblèmes de l’Utah, vaut définitivement l’excursion. Lorsque l’on voit l’arche, si énorme, si près de tomber de cette falaise, bref, si spectaculaire, nous comprenons pourquoi les gens se fatiguent à s’y rendre. Le parc, contenant plus de 2000 arches naturelles en pierres vous donneras amplement le choix des visites Nous avons particulièrement apprécié Double Arch ainsi que Park Avenue, un impressionnant passage ceinturé par d’abruptes tours rocheuses.

Décidemment, l’ouest Américains, cette grande aventure classique, vaut franchement la peine d’être vécue. Ses paysages, ses odeurs (oui, malgré le fait que nous soyons dans le désert, il y en a beaucoup) et les impressions qu’elle nous laisse sont autant de bonnes raisons de prendre ne serait-ce qu’une semaine de vacances pour partir à la découverte de ces étendues sauvages qui semblent tout droit sorties d’une époque lointaine. Un véritable coup de cœur!

Hágoónee'  (Au revoir, en Navajo)

coloradocanyonland archespark MONUMENT VALLEY ANTELOPE CANYON